Merci de votre adhésion, et bienvenue à la SAB !


Dès que les éléments fournis auront été contrôlés, vous recevrez un mail d'information et vos codes d'accès.

Cette vérification peut prendre plusieurs jours, en fonction de la charge de travail de l'administreur. Merci de votre patience !

Si toutefois vous n'aviez pas de nouvelles d'ici une semaine, envoyez un mail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

L'observation astronomique est indissociable de la météorologie.

 

Ici, les infos d'ARL :

 

En partie basse de l'image, après "Valid" vous trouvez l'heure (06Z = 6h00, 12Z = midi, 18Z = 18h00), puis la date des prévisions.

 

Les infos de MétéoFrance :

 

Nouveauté sur le site de la SAB : la galerie d'images réalisée par ses adhérents.

Pensez à y jeter un oeil de temps en temps, elle va s'enrichir !

C'est ici.

Des documents peuvent être facilement partagés sur le cloud hubiC de la SAB.

Pour y accéder, cliquez sur le logo hubiC ci dessous, et uilisez les identifiants suivants :

 

 - email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 - mot de passe : SABourroches

 

Vous pouvez également installer l'application hubiC qui synchronisera un dossier de votre disque dur avec les fichiers hubiC de la SAB.

 

Nous avons un espace de 25 Go. Ne le gachez pas inutilement. Evitez les gros fichiers, les vidéos qui mettront beaucoup de temps à se télécharger sur les disques durs des adhérents qui auront installé l'application hubiC.

 

Attention, si vous supprimez un fichier ou un dossier dans le dossier hubiC de votre disque dur, il sera également supprimé sur le serveur ; prudence !

 

hubiC

L’odyssée de Rosetta et Philae

 

Après plus de dix ans de voyage, la sonde européenne Rosetta est arrivée à bon port, à 100 km du noyau de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko. Cette arrivée fut suivie à la SAB lors d’un sympathique « barbecue de la comète » ! Mais quels sont les buts de cette mission ? Reprenons l’histoire à son début …

 

Les comètes sont des astres fascinants. Leurs noyaux sont des objets très primitifs, vestiges uniques de l’origine de notre Système Solaire. Les étudier de près devrait permettre de répondre à un certain nombre de questions fondamentales : quels matériaux étaient présents au tout début de l’histoire de notre système, l’eau a-t-elle été apportée sur Terre par les comètes, des molécules organiques complexes, telles que des acides aminés, sont-elles présentes dans les noyaux cométaires ?

 

Plusieurs missions spatiales ont déjà approché des comètes. En voici la liste :

  • $1·     •  1985 : ICE (NASA) – 21P/Giacobini-Zinner (survol sans images).
  • $1·     •  1986 : VEGA 1 & 2 (IKI), Giotto (ESA), Sakigake & Suisei (ISAS) – 1P/Halley (survols et images).
  • $1·     •  2001 : Deep Space 1 (NASA) – 19P/Borrelly (survol et images).
  • $1·     •  2004 : Stardust (NASA) – 81P/Wild 2 (survol et retour d’échantillons en 2006).
  • $1·     •  2005 : Deep Impact (NASA) – 9P/Tempel 1 (survol et impact).
  • $1·     •  2010 : EPOXI (ex-Deep Impact, NASA) – 103P/Hartley 2 (survol et images). 

 

En particulier, Giotto révéla en 1986 que, contre toute attente, un noyau cométaire n’était pas un simple bloc de glace, mais un objet complexe, extrêmement sombre car recouvert d’une croûte de matériaux organiques complexes, et dégazant à travers des geysers situés sur la face éclairée. Stardust a pu rapporter sur Terre quelques poussières cométaires, mais seulement des éléments réfractaires (silicates) et non pas les glaces et éléments organiques du noyau. Enfin, la mission Deep Impact a permis de lancer un projectile à haute vitesse sur un noyau de comète et d’en étudier les conséquences. Cependant, toutes ces missions furent des survols rapides de quelques jours, tout au plus. Afin de comprendre en détail la nature des ces objets encore mystérieux, une mission plus complexe était nécessaire.

 

C’est là tout l’objet de la très ambitieuse mission Rosetta, de l’Agence Spatiale Européenne. Suivant une idée lancée en 1991, elle fut approuvée en 1994. L’idée est de placer une sonde (Rosetta) en orbite autour d’n noyau cométaire pendant plus d’un an et d’y déposer un atterrisseur (Philae) capable d’analyser sa surface in situ, rien de moins ! A noter que  le nom de Rosetta fait référence à la Pierre de Rosette, qui permit à Jean-François Champollion de déchiffrer les hiéroglyphes, grâce à la clé de déchiffrage fournie par l’obélisque de Philae.

 

Rosetta fut lancée le 4 mars 2004 depuis Kourou en Guyane, par une fusée Ariane 5. Elle entama alors un voyage complexe de plus de dix ans et de 6,4 milliards de km, seul moyen de se placer sur la même orbite que son objectif. Elle dut utiliser l’assistance gravitationnelle de la Terre (par trois fois) et celle de Mars, pour modifier sa trajectoire. Au passage elle survola et étudia les astéroïdes (2867) Šteins et (21) Lutetia.

 

Mais l’objectif final de Rosetta était donc la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko. Celle-ci fut découverte le 11 septembre 1969 par Klim I. Churyumov et Svetlana I. Gerasimenko (Ukraine). Son orbite est bien connue, avec une période de 6,45 ans, en faisant une cible idéale pour une mise en orbite et une étude détaillée, tout au long d’une bonne partie de sa trajectoire autour du Soleil.

 

Pour remplir leur mission, Rosetta et Philae sont bien équipés ! L’ensemble pèse 3 tonnes, dont 1,67 tonne de carburant. Le corps de Rosetta mesure 2,8 × 2,1 × 2,0 m et est équipé de très grands panneaux solaires de 32 m d’envergure. Il embarque 11 instruments scientifiques d’une masse de 165 kg, dont les caméras à haute résolution OSIRIS et le spectromètre VIRTIS. Philae, quant à lui, a une masse de 100 kg. Il est équipé de 3 pieds articulés et de harpons, afin de pouvoir se poser et rester à la surface du noyau sans rebondir ! Il possède 9 instruments, d’une masse de 21 kg, dont les caméras CIVA, un bras et un pénétrateur pour l’étude des propriétés du sol.

Vous utilisez un bloqueur de pub ?

Il pourrait vous empêcher de consulter correctement notre site.
Vous pouvez le désactiver pour l'ensemble du site de la SAB qui ne comporte aucune publicité

Visitez la Tour astronomique

De 1783 à 1940, la Tour Philippe le Bon était un observatoire astronomique. L’un des 11 plus importants d’Europe, équipé des plus beaux instruments.

Le programme 2017-18

Ciel Astro : le guide de l'astronomie en France

CIELMANIA : une aventure dans les cieux de Bourgogne et d’ailleurs – Blog de JB Feldmann